Recherche



Capitaine Static 1

AjouterAjouter à mon bac de lecture

Aperçu

Au dire de sa mère, Charles Simard ne cesse de se traîner les pieds… Or, c'est précisément là le secret de son curieux pouvoir, qu'il découvre un soir mouvementé d'Halloween : il peut emmagasiner de l'électricité statique et la décharger lorsque nécessaire…

Soyez-en avertis : qui s'y frotte, s'y TIC! Telle est la devise du Capitaine Static.

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

Contenu

  • Personnage principal et narrateur, Charles Simard, alias Capitaine Static, garçon ingénieux et taquin qui se voit posséder un pouvoir assez particulier, celui d’emmagasiner de l’électricité statique et de la décharger à volonté.

    « Je ne suis pas né Capitaine Static. J’ai été un enfant comme les autres jusqu’à mes neuf ans. Un enfant très ordinaire… jusqu’à ce 31 octobre, jour de l’Halloween.
    J’avais déjà l’étoffe d’un héros avec mon costume bleu acier en nylon, une belle cape rouge qui flottait au vent et un écusson sur ma poitrine, sur lequel ma mère avait brodé, en lettres d’or, mes initiales : C.S. pour Charles Simard. » (p. 10)
     
  • Personnages secondaires, Gros Joe et sa bande qui s’amusent à malmener les plus petits, Pénélope et son frère, Fred, amis du Capitaine Static, d'autres élèves de l'école, ainsi que madame Ruel, dame du voisinage, et son chat Newton III.

    « Gros Joe et sa bande s’en prenaient à de petits enfants en leur volant des bonbons.
    J’ai reconnu l’un d’entre eux :
    - Voleur!
    C’était Fred, le jeune frère de Pénélope. » (p. 15)

    « Pauvre madame Ruel.
    Elle ne reconnaîtrait pas son Newton III.
    - MiiAoW…
    Malheur! Madame Ruel s’amenait dans ma direction.
    Elle était hérissée de colère!
    - Mon pauvre petit Newton chéri d’amour. Mais qu’est-ce qui s’est passé? » (p. 27-28)
     
  • Bande dessinée entrecoupée de segments narratifs, où s’enchaînent les aventures rigolotes d’un jeune garçon soi-disant superhéros; péripéties captivantes permettant au lectorat de se divertir, tout en se renseignant sur le phénomène de l’électricité statique; thèmes exploités aptes à capter l’intérêt du lectorat visé (p. ex., superhéros, électricité statique, humour, intimidation, Halloween).
  • Illustrations aux couleurs vibrantes, présentées dans des vignettes de tailles variées; présence d’éléments visuels (p. ex., lignes de mouvement, idéogrammes) qui animent le récit et révèlent les sentiments des personnages.
  • Mise en page aérée, le texte narratif partageant harmonieusement l’espace avec les vignettes de la bande dessinée; œuvre répartie en quatre courts chapitres numérotés; logo du Capitaine Static centré sur la page de gauche précédant chaque chapitre; dédicace de l'auteur et devise du Capitaine Static au début de l’œuvre; première de couverture d'autres livres de la même série, aperçu de la série et renseignements sur l’auteur et l’illustrateur à la fin.
  • Nombreux éléments graphiques dans la bande dessinée (p. ex. vignettes, bulles de dialogue, grosseur variée des caractères, récitatifs) et dans le texte narratif (p. ex., points de suspension, guillemets, abréviations, italiques, majuscules), qui facilitent l’interprétation de l’œuvre.

     

Langue

  • Registre de langue courant; emploi de quelques mots moins connus (p. ex., sinistre, manège, hymne, discours de circonstance, minois), le sens pouvant en être défini à l’aide du contexte; utilisation de mots liés à la thématique de l’électricité statique (p. ex., décharge, énergie, pile rechargeable, survolté); présence d’expressions et de jeux de mots amusants, incitant le lectorat à réfléchir pour en saisir les subtilités.

    « D’abord, je devais m’assurer d’une chose… Étais-je toujours "chargé"? Parce que, emmagasiner de l’électricité statique, tous en conviendront, ce n’est pas un phénomène courant. » (p. 23)

    « Elle ne s’est pas rendue jusqu’au printemps. Je ne répliquais absolument rien. Peut-être pensait-elle me terroriser, mais j’étais trop amusé par ce que je voyais. Parce que si elle avait la mèche plutôt courte, elle avait aussi les cheveux très secs… Des conditions idéales pour l’entrée en scène du Capitaine Static. Il y avait de l’électricité dans l’air! » (p. 29)
     
  • Emploi d’une variété de types et de formes de phrases (p. ex., déclarative, impérative, interrogative, exclamative, négative), parfois longues et parfois très courtes, contribuant au rythme et à l’atmosphère enjouée de l’œuvre; utilisation prédominante de l’imparfait et du passé composé, servant à raconter une histoire du passé.

    « Je craignais de toucher à quoi que ce soit, à la poignée de porte par exemple, de peur de déclencher une forte décharge d’électricité statique, peut-être pas dangereuse mais terriblement désagréable. » (p. 13)

    « Puis, l’évidence m’a sauté au nez… dans les pieds, en fait : les pantoufles de mémé! Je n’aurais qu’à les frotter l’une contre l’autre et… TIC! Revoilà le Capitaine Static! » (p. 25)
     
  • Procédés stylistiques (p. ex., répétition, gradation, comparaison, énumération, onomatopée, interjection) qui enrichissent le texte et permettent au lectorat d’apprécier le style humoristique de l’auteur.

    « Et je l’ai flatté, et flatté, et flatté encore.
    Et il a ronronné, et ronronné, et ronronné encore. » (p. 27)

    « Et plus ils se dressaient, plus je souriais. Et plus je souriais, plus elle était insultée et plus elle s’agrippait à mes bras. Et plus elle s’agrippait à mes bras, plus ses cheveux montaient haut. » (p. 30)

    « Je me sentais d’un ridicule! J’avais l’air aussi utile que le trou dans un beigne… » (p. 36)

    « Je devais réfléchir plus vite que je ne courais. Dans mon champ de vision, passaient une horloge, des pupitres, des ballons gonflés, des chaises, des…
    Des ballons gonflés! » (p. 45)

    « J’ai utilisé le tapis à mon avantage.
    Plus vite! Plus vite!
    - BLAM!
    Hé! Hé! Hé! » (p. 48)
     
  • Séquences descriptives apportant des précisions sur les lieux et les événements; courtes séquences dialoguées permettant au lectorat de s’immiscer dans l’esprit des personnages.

    « À quelques enfants de moi, j’ai aperçu Pénélope avec le photographe devant elle. Il captait son joli minois. La coquette Pénélope affichait son plus beau sourire. Puis, elle a constaté ce qui se passait autour d’elle. Elle a réalisé, soudain, que sa photo paraîtrait dans le journal de la ville. De quoi faire dresser les cheveux sur sa tête. Mais ça, c’était déjà fait… » (p. 38)

    « - G… GROS JOE?
    Qu’est-ce que tu me veux?
    - TON ARGENT!
    J’ai essayé de me faire le plus discret possible.
    Je ne me sentais pas de taille à affronter Gros Joe.
    - Au secours, Capitaine Static!
    J’aurais dû écouter mon idée première et me cacher dans mon casier.
    Dès qu’il m’a reconnu, Gros Joe a reculé d’un pas, surpris, mais pas assez effrayé à mon goût. Je ne pouvais plus me défiler. Bon. Impossible de demeurer dans les parages sans bouger le petit doigt. Il fallait profiter de l’effet surprise.
    - Laisse-le partir, Gros Joe, sinon…
    - Sinon quoi?
    - Sinon je suis à un doigt de tu sais quoi… » (p. 42-43)

Pistes d'exploitation

  • Demander aux élèves, regroupés en dyades, de trouver dans Internet ou ailleurs une expérience d'électricité statique, puis de la présenter au groupe-classe. Encourager les membres de l'auditoire à poser des questions à la suite de chaque présentation.
  • Proposer aux élèves de s'imaginer en tant que superhéros ou superhéroïne. Leur demander de rédiger un paragraphe décrivant le personnage en question (p. ex., son costume, son pouvoir). Leur suggérer de lui donner un nom et de l'illustrer. Les inviter à présenter leur personnage au groupe-classe.
  • Charles intervient auprès du petit Fred lorsque ce dernier se fait harceler par Gros Joe et sa bande. Poser aux élèves les questions suivantes : L'intervention de Charles auprès de Gros Joe et sa bande est-elle à conseiller? Pourquoi? (p. ex., Oui, parce qu'il a sauvé petit Fred. Non, parce qu'il aurait pu se faire battre.) Proposer aux élèves, réunis en équipes de trois, de créer une saynète qui présente une situation d'intimidation (p. ex., vol, insulte, violence physique) et une manière efficace d'y remédier (p. ex., parler à un ami, aviser un adulte).
  • En vue de promouvoir la paix à l'école de Charles Simard, les élèves ont composé une chanson et ont fait une ronde de paix. Rédiger, en groupe-classe, une courte chanson pour aider à contrer l'intimidation à l'école et promouvoir la bonne entente. Inviter les élèves à présenter leur numéro lors d'un rassemblement des élèves de l'école.

Conseils d'utilisation

  • Avant la lecture, présenter ou revoir le concept de l'électricité statique.
  • Présenter ou revoir les caractéristiques de la chanson afin d'en faciliter la rédaction.
  • Consulter la fiche d'exploitation pédagogique disponible sur le site de l'éditeur.
  • Encourager les élèves à lire une autre aventure du Capitaine Static, soit Capitaine Static 2 - L'Imposteur, dont la fiche descriptive se trouve dans FousDeLire.

Ressource(s) additionnelle(s)

  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 4e à 7e année, Série : Eurékâ!, L'électricité statique.
  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 4e à 10e année, Série : Active-toi, L'intimidation.


Tous droits réservés © 2014 FousDeLire.ca