Recherche



Avenue M comme Mystère

AjouterAjouter à mon bac de lecture

Aperçu

Jonathan et sa sœur Mélissa habitent avenue M, une rue apparemment tranquille dans une ville bien ordinaire. Jusqu’au jour où des événements terribles mettent tout le quartier en émoi. Que contiennent ces paniers qui circulent d’une maison à l’autre? Qui a bien pu casser la fenêtre des voisins? Et pourquoi? Non, vraiment, l’avenue M n’est pas une rue ordinaire. Et elle porte bien son nom : avenue M comme Mystère!

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

Contenu

  • Un personnage principal, Jonathan, entouré d’amis et de voisins dont plusieurs seront soupçonnés d’un meurtre survenu dans le quartier.

    « Si l’on en croit les deux commères du quartier, mesdames Périgot et Grenier, tout le monde aurait eu de bonnes raisons d’en vouloir aux Brassard, qui ont été au cœur de plusieurs conflits. » (p. 29)

    « Qu’est-ce qu’on fait quand on a pour ami un voleur, un assassin? Qu’est-ce qu’on lui dit? Est-ce qu’on peut rester son ami? » (p. 60)
     
  • Événements perturbants, palpitants et bizarres liés au meurtre et à la violence familiale, ainsi qu'à l’adolescence et à l’enquête.

    « Les événements nous ont surpris comme un coup de cymbales au beau milieu d’une mélodie. » (p. 9)

    « Il paraît abattu par cette mort aussi subite qu’inexplicable. » (p. 24)

    « J’attends depuis tellement longtemps de pouvoir travailler avec la belle Aurélie. Ses yeux noirs brillent comme des perles et je me sens du talent pour être pêcheur de perles. » (p. 50)

    « - Ça te monte vraiment à la tête, cette histoire… Tu te prends pour Hercule Poirot. » (p. 62)
     
  • Narrateur participant, Jonathan, qui mène une enquête pour élucider le meurtre de ses voisins.

    « Il faut absolument que je le voie. Il ne sait peut-être pas que les policiers ne croient pas en sa culpabilité et il sera heureux de l’apprendre. J’irai le voir demain, sans faute, dès que j’aurai trouvé où il est hospitalisé. » (p. 98)

    « Quand j’arrive à la maison, une voiture de police stationne devant la porte. Ma mère se ronge les ongles, assise avec un magazine sur le perron. » (p. 113)

Langue

  • Registre courant dans la narration ainsi que dans les dialogues.

    « - Demain, Aurélie, je te promets de travailler avec toi. Aujourd’hui, je ne peux pas. Ma mère m’attend à la maison pour une course importante. » (p. 50)

    « Comme je n’ai pas très bien dormi cette semaine, je profite du samedi pour faire la grasse matinée. » (p. 99)
     
  • Procédés syntaxiques (p. ex., répétition, interrogation, exclamation) et figures de style (p. ex., personnification, comparaison) qui permettent d’apprécier le style de l’auteure.

    « On peut y lire : "Achetez les crayons Pasd’Jambe : ils courent tout seuls sur le papier." » (p. 8)

    « Là, par contre, nous avons quitté la table comme une volée de moineaux et nous nous sommes précipités à la fenêtre. » (p. 10)

    « - Non, non, certainement p… pas… pas moi. Je… Je… vais en parler avec mes parents. » (p. 53)

    « - QUOI? Si tu dis ça pour faire ton intéressante, Lissa-May, ce n’est pas malin du tout! » (p. 84)
     
  • Champs lexicaux évoquant divers thèmes (p. ex., meurtre et enquête policière, botanique, soins ambulanciers).

    « Ils ont descendu deux civières du fourgon, sont retournés dans la maison et sont revenus quelques minutes plus tard en emmenant madame Brassard sur une civière et son mari sur l’autre. Ils ont fermé les portes et sont partis à toute vitesse, sirène et gyrophares
    allumés. » (p. 11)

    « Un jour, il nous a fait visiter son sous-sol plein de livres de botanique : algues, champignons, fougères, orchidées, cactus, arbres en tous genres et, évidemment, un plein rayon sur les bonsaïs. » (p. 78)

    « - L’autopsie a révélé que vos parents ont bel et bien été empoisonnés par une substance végétale. » (p. 92)

Pistes d'exploitation

  • Proposer, en études sociales, une étude des relations interpersonnelles, sociales et familiales, axée sur les croyances, les préjugés et les conflits.
  • Demander aux élèves, en sciences, de faire une recherche sur les champignons et les plantes comestibles et vénéneuses.
  • Inviter les élèves à écrire leur propre polar en suivant le processus d’écriture ou en invitant une ou un auteur pour l’écrire en collaboration.

Conseils d'utilisation

  • Créer un mur avec les mots nouveaux utilisés dans le roman.
  • Présenter Agatha Christie, Hercule Poirot et la trame habituelle des polars.
  • Entamer une discussion sur la violence familiale et sur l’attitude à prendre quand une personne nous apprend une situation troublante.
  • Se servir des illustrations pour faire discuter les élèves sur l’intrigue et les personnages.


Tous droits réservés © 2014 FousDeLire.ca