Recherche



Chroniques du Nouvel-Ontario, tome 1 - La quête d'Alexandre

AjouterAjouter à mon bac de lecture

Aperçu

Au début du siècle, la construction du chemin de fer vers le Nord de l’Ontario amène la découverte d’importants gisements d’or et d’argent. Prospecteurs, aventuriers, bûcherons et fermiers affluent de partout vers cette région sauvage. De nombreux jeunes Québécois, suivant l’exemple de leurs ancêtres coureurs de bois, s’y rendent également. Parmi eux, le fils aîné du forgeron du village de Sainte-Amélie disparaîtra dans des circonstances mystérieuses. Alexandre, son frère cadet destiné au sacerdoce depuis l’enfance, partira à sa recherche. C’est ainsi qu’il fera l’apprentissage de la vie, de la liberté et de l’amour.

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

Contenu

  • Roman mettant en scène deux personnages principaux facilement identifiables, Alexandre et Rose, présentés respectivement dans la première et la deuxième partie de l’histoire. Ces deux personnages se rencontrent dans la troisième partie.

    « Lorsqu’il fut décidé, au printemps 1913, qu’Alexandre Sellier partirait pour le Nouvel-Ontario à la recherche de François-Xavier, on croyait que ce voyage serait assez bref. » (p. 13)

    « L’été où Rose Brent eut seize ans, sa mère s’éteignit dans leur petit cottage de Favisham, dans le Sussex. » (p. 125)

    « Quand il parvint à la clairière, il s'arrêta, surpris. Une jeune femme blonde vêtue de bleu pâle gisait sur la mousse. » (p. 219)
     
  • Vraisemblance et cohérence des personnages, des gestes, des actions et des pensées avec le contexte sociohistorique du roman, ce qui contribue au réalisme de cette fresque historique.

    « Bien, se dit le curé, c’est là un garçon tranquille, rangé, dont les parents sont des cultivateurs pas trop riches mais honnêtes et assidus aux offices. » (p. 15)
     
  • Roman comportant un seul point de vue, soit celui d'un narrateur omniscient qui raconte les événements tels qu’ils se sont passés et qui nous fait pénétrer dans les pensées des personnages.

    « Pour Alexandre, Jérôme avait les qualités d’assurance, de simplicité, de bonté et d’intelligence qu’il aurait voulu posséder; Jérôme, de son côté, avait deviné chez ce grand garçon réservé une intelligence égale à la sienne et une sensibilité peu commune. » (p. 17)

Langue

  • Registre courant privilégié dans les passages narratifs et plusieurs dialogues, mais registres familier et populaire parfois utilisés pour certains dialogues.

    « Elle coiffa son grand chapeau de paille, prit un récipient et marcha le long de la rivière vers la forêt où il lui fallut se frayer un chemin parmi les arbustes… » (p. 217)

    « Maudit pays d’enfant de chienne! Si la terre a un trou de cul, c’est icitte, dret icitte! » (p. 275)
     
  • Présence de plusieurs archaïsmes et canadianismes.

    « Je gagne trois belles piastres et demie pour chaque "chiffre" de dix heures. » (p. 42)
     
  • Variété de structures syntaxiques et plusieurs figures de style (p. ex., euphémisme, énumération, personnification) qui enrichissent les nombreuses descriptions et ajoutent à la complexité du texte.

    « Le vent hurlait et précipitait sur eux des étincelles et des braises. Déjà ils sentaient son haleine enflammée qui les léchait comme un fauve. » (p. 269)

    « L’incendie fonçait sur eux avec un grondement de cent locomotives lancées à toute vitesse, des locomotives qui auraient circulé sur un pont. » (p. 269)
     
  • Champ lexical évocateur de la quête d’identité, de la liberté et de l’éveil du sentiment amoureux.
  • Mots ou passages du texte en langues autochtone ou anglaise – présentés en italique – contribuant au réalisme et à l’authenticité du récit.

    « Il se glissa dans le lit et la saisit à pleine main, tout en chantonnant : « Rosie, Rosie, my little wifie… » » (p. 183)
     
  • Indice de lisibilité approprié au genre littéraire, mais la spécificité du contexte sociohistorique est susceptible d'augmenter le niveau de complexité du roman.

Pistes d'exploitation

  • Analyser le rôle des personnages et la portée des événements du roman dans l’évolution des relations entre les francophones et les anglophones de l’Ontario du début du XX6 siècle à nos jours (p. ex., Règlement 17, Loi sur les langues officielles).
  • Retracer le voyage et l’évolution des deux personnages principaux en abordant l’aspect géographique et psycho-émotionnel de leur quête (p. ex., recherche d’identité, d’aventure et d’amour).
  • Revivre, par l’entremise de discussions animées, les obstacles au développement d’un sentiment d’appartenance chez les francophones de l’Ontario (p. ex., contexte minoritaire, éparpillement géographique, influence des médias anglophones).

Conseils d'utilisation

  • Présenter le contexte socioculturel et sociohistorique du roman avant d'en amorcer la lecture.
  • Utiliser le roman à des fins pédagogiques en misant sur la transdisciplinarité avec les programmes-cadres de géographie, d’études canadiennes et mondiales et d’enseignement religieux.
  • Susciter l’intérêt du lectorat visé en présentant le roman, déjà reconnu et étudié dans plusieurs écoles secondaires francophones de l’Ontario, sous un angle contemporain et moderne en exploitant les thèmes de la recherche de l’identité et de la migration.


Tous droits réservés © 2014 FousDeLire.ca