Recherche



Éclair

AjouterAjouter à mon bac de lecture

Aperçu

Qui prend un malin plaisir à abîmer les roses tant aimées de Maman? Voici Marie-Pierre et Pierre-Marie lancés à la poursuite de ce mystérieux individu. Et c’est l’Affaire des rosiers qui commence. De longues séances d’observation les conduiront à d’étranges découvertes. Cette aventure les amène à constater que leur chez-eux n’est pas tout à fait à eux. Ils doivent partager leur jardin et leur maison avec un… 

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

Contenu

  • Deux personnages principaux, Marie-Pierre et Pierre-Marie, jumeaux ingénieux qui se ressemblent beaucoup physiquement mais qui manifestent des goûts différents, Marie-Pierre aimant le dessin et la lecture de romans et Pierre-Marie préférant la photographie et la lecture de documentaires; quelques personnages secondaires dont Jean, le père des jumeaux, Gabrielle, la mère qui adore les roses, et Monsieur Lemerle, le voisin à qui les jumeaux viendront en aide.

    « C’est vrai que parfois les deux enfants sont épuisants. Car ils débordent d’énergie et encore plus d’imagination. D’ailleurs, la devise des Jumeaux est :
    À nous deux, nous trouvons toujours au moins une solution à un problème. » (p. 13)

    « Ils ont entendu la voiture arriver et viennent aider leur mère à entrer les courses. Pierre-Marie est le premier à s’apercevoir que quelque chose ne va pas.
    - Regardez! dit Maman en montrant les rosiers. On a arraché les pétales de plusieurs fleurs.
    Le ton que Maman vient d’employer est tellement triste que les enfants ne seraient pas surpris de voir couler une larme sur ses joues. […]
    Elle regarde encore le muret, les rosiers, les pétales, avant de demander :
    - Qui s’est permis de faire ça? » (p. 16)

    « Rapidement, les enfants passent à travers la haie et s’agenouillent auprès de leur voisin.
    - Monsieur Lemerle, appellent-ils encore.
    Rien. Toujours rien. Marie approche son visage du visage inanimé. Elle guette un souffle contre sa joue. Quant à Pierre, il a saisi un poignet et se concentre pour sentir un battement sous ses doigts. Enfin, les Jumeaux murmurent en même temps :
    - Il est vivant.
    - Il faut appeler une ambulance, affirme Marie qui se redresse déjà et part à la course. » (p. 62-63)
     
  • Récit mettant en scène un tamia rayé friand des pétales de roses et des jumeaux jouant le rôle de détectives; oeuvre pouvant intéresser le lectorat visé de par les thèmes exploités (p. ex., famille, résolution de problèmes, animal sauvage, entraide, énigme, observation, découverte).
  • Texte séparé en quatorze chapitres numérotés et titrés; mise en page simple; quatrième de couverture donnant une brève biographie de l’auteure et de l’illustratrice et une description de la série Les Petites Histoires presque vraies; mot de l’auteure au début de l’œuvre invitant le lectorat à témoigner de ses expériences avec un animal sauvage; table des matières et segments informatifs intitulés Pour les curieux et Faits réels à la fin du roman; illustrations en noir et blanc occupant souvent la page complète et soulignant les moments stratégiques du roman; présence d’éléments graphiques facilitant l’interprétation de l’œuvre (p. ex., caractères italiques, caractères gras pour montrer la narration du tamia rayé, notes explicatives en bas de page).

    « Marie-Pierre est inquiète. Elle a vu Maman sortir de la maison avec son air des mauvais jours juste après l’avoir entendue traiter Éclair de petit suisse de malheur et d’affreux jojo. » (p. 47)

    « Tapi au fond de son terrier, Suisse-menu sent le sol bouger. Il se recroqueville sur lui-même davantage encore et attend. Son logis résonne de coups sourds. Un peu de terre tombe des parois. Est-ce un séisme10? […]
    Oui, c’est sûrement un séisme. Pourtant c’est étrange : on dirait que l’épicentre11 s’éloigne. Déjà les secousses diminuent d’intensité.
    ___________________
    10. Séisme : tremblement de terre.
    11. Épicentre : centre d’où partent les mouvements d’un séisme. » (p. 58)

Langue

  • Registre de langue courant dans l’ensemble de l’œuvre; emploi de mots familiers et de quelques mots nouveaux (p. ex., perplexe, stratégique, goinfre, ahuri, s’emberlificoter) que le contexte, les illustrations ou les notes explicatives en bas de page permettent de définir.

    « Intrigué et inquiet, il se précipite à l’un de ses postes d’observation. Quel choc quand il débouche si près du dos d’un des petits humains qu’il pourrait y grimper aisément! Mais que font-ils là, tous les deux, à encercler ses bonbons à la rose?
    Pour une fois, Suisse-menu ne cherche pas à savoir. Il devine qu’il se prépare un événement très grave. Alors il rentre se cacher dans le coin le plus reculé de la pièce la plus profonde de son terrier… et il attend.
     » (p. 56)

    « Puisqu’il y a une ambulance devant chez eux, il y a forcément un blessé à la maison!
    Affolée, Gabrielle parcourt les derniers mètres à la course. Vite! C’est dans le jardin, entre la maison et celle de monsieur Lemerle que ça a lieu! Elle passe comme une flèche près du muret sans rien remarquer et se précipite à l’arrière. Son cœur bat la chamade. Elle s’arrête soudain en comprenant que le problème se situe de l’autre côté de la haie.
    Là, monsieur Lemerle est installé sur une civière. Il est emmitouflé dans une couverture et porte un masque à oxygène. Un des ambulanciers s’occupe de lui, tandis que l’autre remplit un papier avec les Jumeaux. » (p. 66)
     
  • Texte contenant une variété de types et de formes de phrases qui contribuent à la lisibilité de l’œuvre.

    « Avant de rentrer, Gabrielle va examiner les plantations des Jumeaux. Qu’est-ce qui l’attend dans le jardin? Branches cassées? Trous mal remplis? Racines qui sortent du sol?
    Rien de tout cela. Les rosiers semblent ne pas avoir souffert de leur déménagement. On dirait qu’ils ont toujours été là.
    Le travail a été bien fait. Et pourtant ce n’est facile de transplanter des rosiers! Visiblement, les Jumeaux ont respecté les règles fondamentales : déterrer les plants délicatement; choisir avec soin l’endroit de leur transplantation; creuser des trous profonds; y placer bien droit les rosiers; recouvrir comme il faut les racines de terre; et arroser abondamment les pieds. » (p. 75)
     
  • Quelques figures de style (p. ex., énumérations, comparaisons, onomatopées, métaphores) qui ajoutent à la richesse du texte.

    « Et puis on doit fixer son attention sur le lieu à surveiller; surtout ne pas se laisser distraire par tout ce qui l’entoure. Oublier la voiture qui passe dans la rue, madame Duverger rentrant chez elle, le chant des oiseaux, le léger mouvement d’une branche sous l’effet du vent, le nuage dans le ciel qui ressemble à… » (p. 26)

    « C’est au moment où ils désespèrent de le voir apparaître que sa tête surgit entre deux pierres, comme un périscope au milieu des flots. » (p. 40)

    « Marie siffle :
    - Ou-ouift, ou-ouift, tiou, tiou, tiou, tiou.
    Tout en tassant la terre au pied du dernier rosier replanté, Pierre reprend le sifflement. » (p. 60)

    « Plus elle avance, plus la position de l’ambulance se précise. Le véhicule est bien stationné devant la maison. La peur envahit Gabrielle. Une peur qui fait tambouriner le cœur, qui gonfle à étouffer, qui active l’imagination. Une peur qui prend toute la place. » (p. 65)
     
  • Séquences descriptives qui permettent de se faire des images mentales des personnages, des événements et des lieux de l’action.

    « Suisse-menu se sent emporté par un tourbillon. Malgré les mauvaises surprises et la disparition de ses bonbons à la rose, la vie est belle!
    Il interrompt soudain sa danse gourmande. L’approche de la mère humaine l’a brusquement ramené à la réalité. Il ne l’avait pas vue arriver, celle-là. Plus une seconde à perdre, il faut disparaître.
    […]
    Elle approche! La mère humaine est presque là. Suisse-menu tire sur ses pattes encore une fois de toutes ses forces. Rien ne se défait : il est pris et bien pris. Le mur à trous le tient, le serre, le blesse, l’étouffe. C’est la fin… » (p. 86)
     
  • Séquences dialoguées qui permettent de mieux comprendre les relations entre les personnages.

    « Un silence s’installe. Chacun réfléchit à ce qui vient de se passer. Maman finit par ironiser :
    - J’ai bien peur que nous soyons obligés de partager nos framboises avec lui tout l’été.
    - Heureusement, il y en a beaucoup, s’empresse de répondre Marie. On peut sûrement lui laisser celles du bas.
    - Oui, partager les framboises avec lui, réfléchit Pierre, mais aussi les rosiers, le jardin, le muret, le garage et tout le reste. Il est chez lui ici, autant que nous.
    Et papa, qui revient lui aussi de sa surprise, affirme avec un sourire :
    - En tout cas, les enfants, vous avez bien choisi son nom : il est parti aussi vite qu’un éclair!
    Les quatre passent sous le filet et commencent la cueillette des framboises.
    - On peut sûrement dire maintenant que l’Affaire des rosiers est classée, conclut Marie. » (p. 95)

Pistes d'exploitation

  • À un cercle d’idées, inviter les élèves à faire part d’une expérience vécue impliquant un animal sauvage (p. ex., expérience semblable à celle des Jumeaux où Éclair mange dans la main de Pierre et s’engouffre dans la manche de son imperméable). Animer une discussion sur l’importance de protéger les animaux sauvages et leur habitat. Proposer ensuite aux élèves de rédiger un texte relatant cette expérience et le faire parvenir à l’auteure, tel que suggéré au début du récit à la rubrique Ami lecteur, bonjour!
  • En groupe-classe, lire le segment informatif intitulé Pour les curieux. Former des équipes et inviter les élèves à faire des recherches supplémentaires sur le tamia rayé via Internet. Par la suite, les inviter à présenter leurs découvertes à l’aide d’un dépliant informatif qui sera exposé en salle de classe.
  • Demander aux élèves d’effectuer une recherche sur les oiseaux (p.ex., cardinal) ou sur les différentes plantes mentionnées dans l’œuvre (p. ex., rosier, lavande, framboisier). Par la suite, leur demander de préparer pour le groupe-classe une présentation à l’aide d’un outil technologique ou d’un outil organisationnel de leur choix (p. ex., toile d’araignée, diagramme en arbre, constellation).
  • Relire avec les élèves la citation suivante : « Heureusement que vos enfants ont compris ce qui se passait et qu’ils ont réagi très vite. Ils nous ont appelés tout de suite en donnant les renseignements nécessaires. Ils ont fait aussi les gestes qu’on leur avait appris à leurs cours de secourisme à la natation. » (p. 68) Demander aux élèves de préciser les gestes et les actions à poser en situation d’urgence et de nommer les personnes qui peuvent fournir de l’aide lors de telles situations.

Conseils d'utilisation

  • Revoir les caractéristiques du dépliant informatif pour en faciliter la rédaction, telle que proposée dans les pistes d’exploitation.

Ressource(s) additionnelle(s)

  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 4e à 6e année, Série : Le bus magique, Dans la jungle des villes.


Tous droits réservés © 2014 FousDeLire.ca